Un manque à gagner annuel estimé à 95 millions $

LE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL INSISTE POUR QUE LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC S’ATTAQUE AU COMMERCE EN LIGNE TRANSFRONTALIER

Montréal, le 17 mars 2014 – À l’occasion de son congrès annuel et dans le cadre de l’actuelle campagne électorale, le Conseil québécois du commerce de détail (CQCD) réitère que le gouvernement du Québec doit s’attaquer rapidement au commerce en ligne transfrontalier pour récupérer près de 95 M$ en taxes provinciales présentement non perçues.

« En 2013, les Québécois ont acheté des produits via le commerce de détail transfrontalier sur Internet pour plus d’un milliard de dollars1. Une grande partie des achats effectués en ligne à l’étranger entre au pays sans que les taxes de vente ne soient perçues. Les pertes fiscales associées à ce phénomène sont estimées à 95 millions de dollars au Québec2 . À court terme, les avantages dont profitent les consommateurs sont très alléchants, mais à moyen et long terme, ce sont des pertes importantes pour tous les contribuables qui en résultent. Cela est très sérieux, car l’impact négatif se fera sentir sur les emplois, le marché immobilier et les professionnels qui gravitent autour du commerce de détail. »
– Explique le PDG du CQCD, M. Léopold Turgeon

Selon M. Turgeon, le prochain gouvernement du Québec devrait prioriser l’enjeu des taxes non perçues et faire preuve d’équité envers une industrie qui embauche près d’un demi-million de travailleurs, soit 12 % du total des emplois québécois (ce qui représente 6 % du PIB et constitue la porte d’entrée de 1 $ sur 3 $ dans l’économie). « Plus globalement, précise M. Turgeon, les réalités du commerce en ligne, tant domestique que transfrontalier, devaient être analysées dans leur ensemble. Il ne s’agit pas seulement de collecter des taxes justes et disponibles, mais il faut surtout que le gouvernement priorise le commerce de détail pour contribuer à son développement, et ce, au bénéfice de l’ensemble de l’économie québécoise.»

1- Étude du CEFRIO Tendances 2012, « Le commerce électronique et les services bancaires en ligne au Québec », volume 3, numéro 6.
2- Article rédigé par l’économiste Martin Comeau et intitulé « Les pertes fiscales associées au commerce électronique transfrontalier », magazine le Détaillant, été 2013.

À propos du Conseil québécois du commerce de détail

Le CQCD est une association regroupant la grande majorité des entreprises du commerce de détail et de la distribution au Québec, ce qui en fait un interlocuteur incontournable. Dans le dossier du commerce en ligne comme dans tous les autres, le CQCD se positionne en « mode solution » pour contribuer aux réflexions et aux stratégies des gouvernements.


Source :

Conseil québécois du commerce de détail
www.cqcd.org

Renseignements :

Lise Plante
lplante@cqcd.org
Bur. : (514) 842-6681, poste 200
Cell. : (514) 632-6030