Sondage sur les comportements et les intentions d’achat des Québécois – Le consommateur est plus confiant

Montréal, le 10 octobre 2012 – L’indice de confiance des consommateurs québécois est à la hausse. La majorité des Québécois estiment que leur situation financière demeurera la même (59 %) ou s’améliorera (23 %) et ils sont plus optimistes quant à la situation économique future de la province (17 %), par rapport à l’automne dernier (10 %).

C’est ce qui ressort d’un sondage du Groupe Altus, réalisé pour le compte du Conseil québécois du commerce de détail (CQCD). L’indice de confiance des Québécois s’établit près du point d’équilibre à 96,2, soit 7 points au-dessus de son niveau de l’an dernier (89,2). Par rapport à celui de l’hiver 2012, l’indice accuse une hausse de 8,2 points. Cette hausse met donc un terme à près de trois années consécutives de diminution. « Le consommateur est plus optimiste, même s’il entrevoit peu de changement dans sa situation financière » de conclure Me Gaston Lafleur, président-directeur général du CQCD.

Perception de la situation économique

66 % des ménages québécois estiment que leur situation financière est demeurée la même au cours des 6 derniers mois, proportion légèrement en baisse par rapport à la même période l’an dernier. Seuls 20 % des répondants ont indiqué une détérioration de leur situation financière au cours des 6 derniers mois. Cette proportion est légèrement supérieure à celle observée en 2011 (19 %). Parmi les motifs invoqués, on note que près de 59 % expliquent cette détérioration principalement par l’augmentation du coût de la vie (cette proportion est plus faible qu’en 2011 -5 points), alors que seulement 22 % l’associent au travail, soit que leur salaire a baissé et/ou moins d‘heures travaillées (-1 point par rapport à 2011).

59 % des ménages québécois estiment que leur situation financière demeurera la même au cours des 6 prochains mois, une situation en baisse de 3 points par rapport à 2011. 23 % jugent qu’elle s’améliorera et seulement 11 % qu’elle se détériorera. Parmi les motifs invoqués, le principal facteur explicatif est encore le coût de la vie qui augmentera. En effet, 65 % des Québécois le perçoivent, contre 67 % l’an dernier.

Deux Québécois sur cinq, soit 40 %, estiment que la situation financière de la province demeurera la même pour les 6 prochains mois. Par contre, la proportion de pessimistes, soit 30 %, reste plus élevée que celle des optimistes (17 %). Par ailleurs, 37 % des Québécois prévoient une croissance économique au cours des trois prochaines années pour la province, comparativement à 30 % en 2011. À l’opposé, 42 % prévoient une décroissance, une baisse de 5 points par rapport à 2011.

Intentions d’achat

Plus du tiers des Québécois (43 %) considèrent qu’il est présentement intéressant d’effectuer un ou des achats importants. Il s’agit d’une hausse de 4 points comparativement à 2011. Même si davantage de Québécois estiment que le climat économique actuel est favorable à la réalisation d’achats importants, on observe une très légère diminution dans les intentions d’achat pour les 6 prochains mois en 2012, avec 19 % par rapport à 21 % l’an dernier. L’automobile figure toujours au premier rang de ces intentions (7 %), suivie par les meubles (4 %) et les ordinateurs (3 %).

En ce qui a trait aux intentions d’achat au cours des prochains mois, selon le type de produits et de services, les Québécois prévoient augmenter seulement leurs dépenses en biens mode. Ils envisagent de diminuer leurs dépenses dans toutes les autres catégories de biens et services. En 2011, les biens mode constituaient également la seule catégorie à recevoir des intentions d’achat positives.

L’indice de confiance des consommateurs Groupe Altus – CQCD

Pour l’automne 2012, l’indice de confiance s’établit plus près du point d’équilibre de 100 avec 96,2 points. Il s’agit d’une hausse de 8,2 points comparativement à l’année dernière (88). Il s’agit également de la première augmentation de la confiance des consommateurs depuis l’automne 2009, après avoir connu un creux historique de 81,4 points à l’hiver 2009.

Le retour à l’école

Les résultats des intentions d’achat pour la rentrée scolaire dans le secteur du commerce de détail ont également été publiés. Celle-ci a généré au Québec des ventes de 346 M $, ce qui représente 11,5 % des ventes du mois d’août (en excluant l’automobile, la quincaillerie/rénovation et les boissons alcooliques). Les dépenses médianes par ménages ayant des enfants à l’école primaire ou secondaire ont atteint 165 $ pour les fournitures scolaires et 205 $ pour les biens mode. Le total des dépenses représente 284 $ par enfant. Enfin, les ménages dont au moins un enfant est inscrit à l’école privée dépensent en moyenne 42 % de plus pour chacun.

Ce sondage a été réalisé auprès de 1 009 personnes entre le 30 août et le 14 septembre 2012. La marge d’erreur est de 3,2 %, 19 fois sur 20.

Le Conseil québécois du commerce de détail (CQCD) est fier de promouvoir, représenter et valoriser le secteur du commerce de détail et les détaillants qui en font partie afin d’assurer le sain développement et la prospérité du secteur. Le CQCD est une association regroupant des entreprises du commerce de détail et de la distribution touchant plus de 70 % des activités de ce secteur économique au Québec et en est ainsi un interlocuteur incontournable.

Demandes des médias :
Lise Plante, MBA
Directrice des communications et du marketing
Conseil québécois du commerce de détail
Tél. : (514) 842-6681, poste 200
Courriel : lplante@cqcd.org – www.cqcd.org