Offre d’emploi – Conseiller en ressources humaines

Projet d’accompagnement en ressources humaines auprès des détaillants du Québec

Ressources humaines - photo

Le candidat choisi accompagne les détaillants dans l’amélioration de leurs pratiques de gestion des ressources humaines. Pour ce faire, il analyse les besoins et pose un diagnostic, il propose un plan d’action personnalisé et conseille les détaillants dans la mise en œuvre de celui-ci. Il est le lien privilégié avec les détaillants participant au projet.

Relevant de la directrice des communications et travaillant conjointement avec la coordonnatrice du projet, le conseiller est le principal contact avec le détaillant. Il est responsable d’une bonne communication avec celui-ci et des différentes étapes de la démarche du projet. Il s’assure en tout temps de la satisfaction des clients.

Responsabilités principales :

  • Agir comme expert RH et point de contact principal pour un portfolio diversifié de détaillants du Québec.
  • Être à l’écoute des besoins des détaillants, analyser leurs enjeux et cerner rapidement leurs priorités RH.
  • En fonction des besoins de chaque détaillant, rédiger des plans d’action inspirés des meilleures pratiques RH les plus pertinentes. Ces plans d’action visent une amélioration significative d’un aspect prioritaire de la gestion des ressources humaines choisi par chaque détaillant. Par exemple, un plan d’action pourrait porter sur le recrutement, la marque employeur, la rétention ou la rémunération.
  • Effectuer des recherches afin de fournir des outils et références de qualité.
  • Effectuer des suivis avec les détaillants et les conseillers dans leur application du plan d’action.
  • Agir de façon créative et s’adapter aux réalités des différents clients.
  • Établir et suivre des échéanciers pour accompagner efficacement plusieurs clients à la fois.
  • Entrer des données dans le CRM pour faciliter le partage d’informations.
  • Accomplir d’autres tâches pouvant être discutées avec la coordonnatrice du projet.

Qualifications :

  • Diplôme d’études universitaires en ressources humaines
  • Minimum de cinq (5) années d’expérience comme généraliste en ressources humaines
  • Membre de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés (CRHA)
  • Expérience en commerce de détail et en PME (atout important)

Habiletés recherchées :

  • Polyvalence
  • Autonomie
  • Aptitudes pour le rôle-conseil
  • Excellentes habiletés de communication en français écrit et parlé
  • Bonne gestion du temps et des priorités
  • Bonnes aptitudes de recherche
  • Facilité avec le télétravail et les vidéoconférences/rencontres virtuelles
  • Excellente maîtrise de la suite Office

Date limite pour envoyer votre candidature : 9 septembre 2020

Conditions :

  • Contrat d’une durée de trois (3) mois
  • Entrée en fonction : dès que possible
  • Poste temporaire à temps plein
  • 35 heures par semaine
  • Télétravail – Heures flexibles
  • Salaire selon expérience

Veuillez faire parvenir une copie de votre curriculum vitae, accompagnée d’une lettre de présentation, à Karina Serei, directrice des communications :  kserei@cqcd.org.

Veuillez indiquer « Candidature Projet RH » dans l’objet du courriel.

À propos du CQCD

Le Conseil québécois du commerce de détail (CQCD) regroupe plus de 5 000 établissements commerciaux et représente près de 70 % de l’activité économique liée au commerce de détail au Québec. Fondé en 1978, le CQCD est devenu au fil des ans le porte-parole et le leader incontournable du secteur. Il est notamment chargé de représenter, promouvoir et valoriser les intérêts du secteur auprès des gouvernements et des autorités publiques, ainsi que des secteurs d’activité commerciaux et industriels.

Pour en savoir plus sur le Conseil québécois du commerce de détail (CQCD), consultez notre page À propos

Équité en emploi

Cet employeur souscrit au principe d’équité en emploi et applique un programme d’accès à l’égalité en emploi pour les femmes, les autochtones, les minorités visibles, les minorités ethniques et les personnes handicapées. 

L’emploi du masculin vise uniquement à alléger le texte et ne constitue aucune discrimination.