Les comportements et les intentions d’achat des Québécois en 2010

Les Québécois joueront de prudence dans leurs achats

Montréal, le 15 mars 2010 – Le Conseil québécois du commerce de détail (CQCD) a dévoilé aujourd’hui les résultats d’un sondage réalisé pour le compte du CQCD, par le Groupe Altus auprès de la population québécoise, portant notamment sur ses intentions de consommation pour les 12 prochains mois.

Perception des ménages québécois quant à leur situation financière

Les 12 derniers mois

Les ménages québécois estiment que leur situation financière s’est améliorée ou est demeurée stable au cours des 12 derniers mois dans la même proportion qu’en 2009, soit 74 %.

Toutefois, 26 % d’entre eux ont indiqué une détérioration de leur situation financière au cours des 12 derniers mois. Parmi les motifs invoqués, on note, entre autres, l’augmentation du coût de la vie (48 %), une diminution du salaire ou des conditions de travail (35 % vs 21 % en 2009), la perte d’un emploi (15 %), et une légère diminution de la valeur de leurs placements (2 % vs 18 % en 2009).

On remarque que tout ce qui était lié à l’emploi, soit la perte d’un emploi, les conditions de travail et le changement de statut, a pris de l’importance dans la détérioration de la situation financière des ménages au cours de la dernière année.

Les 12 prochains mois

Quant à leur situation financière pour les 12 prochains mois, les ménages québécois demeurent assez optimistes. En effet, 83 % (vs 75 % en 2009) estiment que leur situation financière devrait ou bien demeurer la même (55 %) ou bien s’améliorer (28 % vs 19 % en 2009).

Toutefois, 12 % des ménages s’attendent à une détérioration occasionnée, selon une majorité d’entre eux (69 % vs 49 %), par l’augmentation du coût de la vie et la diminution des conditions de travail (27 % vs 25 % en 2009). La baisse de la valeur des placements (1 %) et la crainte de perte d’emploi (1 %) sont moins appréhendées cette année qu’en 2009 (10 %).

La situation financière du Québec

Les Québécois sont plus optimistes quant à la situation financière du Québec pour les 12 prochains mois. En effet, seulement 27 % estiment qu’elle se détériorera. Ce taux représente une diminution nettement significative par rapport à l’an dernier, alors que 62 % se montraient pessimistes.

« On peut donc en conclure que, de façon générale, les Québécois envisagent l’avenir avec plus d’optimisme que l’an dernier, autant en ce qui concerne la situation du Québec qu’envers leur situation financière personnelle »
– observe Me Gaston Lafleur, président du CQCD.

Les intentions d’achat

Les achats

Malgré le fait que la moitié des Québécois estiment que ce n’est pas le moment d’effectuer un achat important, 28 % (vs 24 % en 2009) des ménages prévoient effectuer un achat majeur au cours des 12 prochains mois.

En 2009, l’automobile se situait au premier rang des achats importants prévus chez 10 % des ménages. Cette année, les électroménagers se retrouvent au haut de la liste des achats, suivis par l’automobile, les meubles, le matériel informatique et les articles pour la maison.

À l’égard des achats courants, au cours des prochains mois, les Québécois prévoient dépenser moins. Toutefois, l’écart entre ceux qui anticipent dépenser plus et ceux qui pensent dépenser moins est moindre que lorsque mesuré en 2009.

L’indice de confiance Altus Géocom – CQCD demeure élevé

En excluant l’explosion de l’indice de confiance de l’automne 2009 (114,4), l’indice Altus – CQCD en ce début de décennie, demeure quand même assez élevé (105,0). Il s’agit d’une augmentation de près de 24 points par rapport au creux historique, à la même période, l’an dernier (81,4).

« Malgré que la situation des finances publiques, du déficit et de la dette demeure préoccupante et pourrait affecter les intentions d’achat, l’optimisme des ménages québécois est encourageant, avec un indice de confiance positif pour un deuxième trimestre. Nous croyons que l’augmentation des ventes se fera plus progressivement. Plus confiants qu’en 2009, les Québécois dépenseront « sagement » et plus sûrement dès que l’économie prendra de la vigueur »
– a conclu Me Lafleur.

Le sondage a été effectué sur un échantillon aléatoire de 1 006 Québécois(es) entre le 2 et le 13 février 2010. La marge d’erreur est de ±3,2 %, 19 fois sur 20.

À propos de CQCD

Le Conseil québécois du commerce de détail (CQCD) est fier de promouvoir, représenter et valoriser le secteur du commerce de détail et les détaillants qui en font partie afin d’assurer le sain développement et la prospérité du secteur. Le CQCD est une association regroupant des entreprises du commerce de détail et de la distribution touchant plus de 70 % des activités du secteur du commerce de détail au Québec et est un interlocuteur incontournable de cet important secteur économique au Québec.


Source :
Conseil québécois du commerce de détail
Gaston Lafleur, président
Céline Ducharme, conseillère aux communications

Téléphone :
(514) 842-6681, poste 200 · 1-800-364-6766

Site Web :
www.cqcd.org