Le consommateur est un peu moins confiant qu’à l’automne 2013

Sondage sur les comportements et les intentions d’achat des Québécois

Le consommateur est un peu moins confiant qu’à l’automne 2013

Montréal, le 11 mars 2014 – L’indice de confiance des consommateurs québécois pour l’hiver 2014 est à la baisse, mais comparable à l’hiver 2013. La majorité des Québécois estiment que leur situation financière demeurera la même (58 %) ou s’améliorera (23 %) et ils sont un peu plus pessimistes quant à la situation économique future de la province (32 %) par rapport à l’hiver dernier (36 %).

C’est ce qui ressort d’un sondage du Groupe Altus, réalisé pour le compte du Conseil québécois du commerce de détail (CQCD). L’indice de confiance des Québécois s’établit loin du point d’équilibre à 86,4; il s’agit d’un indice un peu plus bas que celui de l’année dernière (88,8). Par rapport à celui de l’automne 2013, il accuse un recul de 6,8 points. Cette baisse remet un terme à l’importante hausse enregistrée à l’automne 2012 (+8,2 points). « Le consommateur est moins optimiste qu’à l’automne, même s’il estime que sa situation financière demeurera la même, une légère hausse depuis 2013 (58 %) », de conclure M. Léopold Turgeon, président-directeur général du CQCD.

Perception de la situation économique

63 % des ménages québécois estiment que leur situation financière est demeurée la même au cours des 12 derniers mois, proportion légèrement en hausse par rapport à la même période l’an dernier (62 %). Seuls 22 % des répondants ont indiqué une détérioration de leur situation financière au cours des 12 derniers mois. Cette proportion est relativement la même que celle observée en 2013 (21 %).

Par ailleurs, 58 % des ménages québécois estiment que leur situation financière demeurera la même au cours des 12 prochains mois, une situation en hausse de 2 points par rapport à 2013. 23 % jugent qu’elle s’améliorera et seulement 16 % qu’elle se détériorera. Les répondants qui ont affirmé que la situation financière de leur ménage s’améliorera se concentrent davantage dans les groupes plus jeunes, ceux avec des revenus élevés et chez les diplômés universitaires.

Près du tiers des Québécois, soit 32 %, estiment que la situation financière de la province demeurera la même pour les 12 prochains mois. Par contre, la proportion de pessimistes, soit 4 %, demeure plus élevée que celle des optimistes (12 %). De plus, 27 % des Québécois prévoient une croissance économique pour la province au cours des trois prochaines années. À l’opposé, 45 % entrevoient plutôt une décroissance et 16 % prévoient un mélange des deux. Les Québécois redoutent principalement une période de chômage et de récession.

Intentions d’achat

Plus du tiers des Québécois (39 %) considèrent qu’il est présentement intéressant d’effectuer un ou des achats importants. Il s’agit d’une proportion à la hausse comparativement à 2013. Davantage de Québécois estiment que le climat économique actuel est favorable à la réalisation d’achats importants : on observe une augmentation dans les intentions d’achat pour les 12 prochains mois, avec 25 % par rapport à 20 % l’an dernier. L’automobile figure toujours au premier rang de ces intentions (9 %), suivie par les meubles (5 %) et les maisons (4 %).

En ce qui a trait aux intentions d’achat au cours des prochains mois, selon le type de produits et de services, les Québécois prévoient augmenter seulement leurs dépenses en biens mode. Ils envisagent de diminuer leurs dépenses dans toutes les autres catégories de biens et services. En 2013, toutes les catégories recevaient des intentions d’achat négatives et généralement en plus forte propension qu’en 2014, excepté pour les articles de maison et les appareils électroniques portatifs.

Clients 3.0

Il s’avère que près de la moitié (40 %) des répondants possèdent un téléphone intelligent. On entend par téléphone intelligent un appareil qui permet de naviguer sur Internet, d’utiliser des applications et de gérer les courriels. Une proportion importante adopte une stratégie de magasinage multicanale, puisque le tiers (34 %) d’entre eux utilisent leur téléphone intelligent pour comparer des prix ou des produits pendant qu’ils sont en magasin. Près du quart (23 %) des propriétaires de téléphones intelligents affirment avoir effectué un achat à partir de leur appareil au cours de l’année dernière.

« Les détaillants doivent rapidement adopter les nouvelles technologies, tant dans la gestion des affaires que dans l’approche avec la clientèle qui fréquente aussi bien les planchers de vente que le cyberespace »
Selon M. Léopold Turgeon

Également deux tiers (65 %) des Québécois connaissent les nouvelles méthodes de paiement rapide par carte de crédit, comparativement à 59 % en 2013. Deux répondants sur cinq (40 %) considèrent cette nouvelle méthode de paiement sécuritaire.

Achats sur Internet

Plus d’un quart (28 %) des répondants affirment avoir dépensé davantage sur Internet en 2013. Plus de la moitié (57 %) indiquent avoir dépensé le même montant, alors que 16 % affirment avoir dépensé moins.

Échantillonnage

Ce sondage a été réalisé auprès de 1 002 personnes entre le 20 janvier et le 6 février 2014. La marge d’erreur est de 3,2 %, 19 fois sur 20.

Le Conseil québécois du commerce de détail (CQCD) est fier de promouvoir, représenter et valoriser le secteur du commerce de détail et les détaillants qui en font partie afin d’assurer le sain développement et la prospérité du secteur. Le CQCD est une association regroupant des entreprises du commerce de détail et de la distribution touchant plus de 70 % des activités de ce secteur économique au Québec et en est ainsi un interlocuteur incontournable.


Demandes des médias :
Lise Plante, MBA
Directrice des communications et du marketing
Conseil québécois du commerce de détail
Tél. : (514) 842-6681, poste 200
Courriel : lplante@cqcd.org – www.cqcd.org