Commerce de détail : Bilan 2009 et perspectives des ventes 2010

Montréal, le 10 février 2010 – Le Conseil québécois du commerce de détail (CQCD) a dévoilé aujourd’hui les résultats et les conclusions de son étude annuelle sur la situation du commerce de détail et de la consommation au Québec et au Canada pour l’année 2009 et ses perspectives pour 2010. Cette étude a été réalisée en collaboration avec le Groupe Altus.

Bilan 2009

En 2009, tant au Québec qu’au Canada, les ventes au détail ont connu une baisse après quatorze années consécutives de hausses. La baisse au Québec n’est que de -1,4 % (94 milliards $) comparativement à celle du Canada qui est de – 3,6 % (410,9 milliards $).

La dernière baisse enregistrée des ventes québécoises remonte à 1995 alors qu’elles étaient passées de 49,598 milliards $ à 49,292 milliards $. Les ventes avaient diminué de 0,6 % par rapport à 1994.

Au Québec, cinq sous-secteurs du commerce de détail ont connu une croissance de leurs ventes, soit ceux des pharmacies et magasins de produits de soins personnels (+5,9 %), de l’alimentation (+5,7 %), des magasins d’accessoires de maison (+3,7 %), des magasins d’articles de sport, de passe-temps, de musique et les librairies (+3 %) et des magasins de marchandises diverses (+ 2,9 %).

À l’opposé, sept sous-secteurs ont connu une sous-performance de leurs ventes, soit ceux des stations-service (-19,6 %), des magasins d’ordinateurs et de logiciels (-10,2 %), des magasins de meubles (-5,2 %), des concessionnaires automobiles (-4,4 %), des magasins d’appareils électroniques et d’électroménagers (-4,1 %), des magasins de chaussures, d’accessoires vestimentaires et bijouteries (-2,8 %) et des magasins de vêtements (-1,5 %).

Les écarts de deux sous-secteurs sont négligeables, soit ceux des centres de rénovation, quincailleries, construction et jardinage (+0,1 %) et les magasins de détail divers (-0,1 %).

Commerce de détail :

Bilan 2009 et perspectives des ventes 2010

Le niveau d’endettement des Canadiens et des Québécois progresse. En dix ans, le taux du crédit total par rapport au revenu personnel disponible a bondi de plus de 10 %. En 2009, le taux de crédit à la consommation par rapport au revenu personnel a atteint 40,2 % alors que le crédit hypothécaire en représente 89 %.

« En 2010, les facteurs qui influenceront la consommation et le comportement des consommateurs seront partagés entre la légère augmentation de leur revenu personnel disponible, la légère hausse des taux d’intérêt et un taux d’inflation plutôt neutre, »
– précise Me Gaston Lafleur, président du CQCD.

Considérant le climat d’incertitude qui continue de prévaloir, les Québécois utiliseront sans doute une partie de leur revenu discrétionnaire pour privilégier l’épargne au détriment des dépenses de consommation.

Toutefois, l’indice de confiance des consommateurs québécois est élevé, ce qui pourrait favoriser l’achat de biens importants, tels que les voitures, meubles et appareils électroménagers, dans un avenir rapproché.

En somme, selon Me Lafleur, la progression prévue des ventes au Québec, en 2010, se situera à 2 %.

À propos de CQCD

Le CQCD, leader incontournable du secteur du commerce de détail, a pour mission de représenter, promouvoir et valoriser ce secteur au Québec et de développer des moyens pour favoriser l’avancement de ses membres. Le CQCD représente un secteur économique regroupant plus de 54 000 établissements commerciaux, plus de 420 000 emplois, soit près d’un travailleur sur cinq au Québec et plus de 94 milliards de dollars de ventes au détail en 2008.


Source :
Conseil québécois du commerce de détail : www.cqcd.org

Information :
Me Gaston Lafleur, président
Conseil québécois du commerce de détail
(514) 842.6681, poste 200